Consultation publique pour l’étude de réduction du risque d’inondation

Consultation publique pour l’étude de réduction du risque d’inondation

Conformément à la délibération du Conseil Municipal en date du 25 février 2016, après avoir obtenu l’aide financière du Syndicat Mixte Départemental des Eaux et s’être assurée d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (le cabinet AF Conseil de Nîmes), la commune procède à une consultation publique de bureaux d’études spécialisés pour l’amélioration de la protection du territoire urbain contre les inondations du Grand Valat.

Pour consulter l’avis d’appel public à concurrence, cliquer ici.

Pour télécharger le dossier de consultation des entreprises, cliquer ici.

 

Vigilance météo sur le département : où trouver la bonne info ? Comment réagir ?

Vigilance météo sur le département : où trouver la bonne info ? Comment réagir ?

Souvent dans ces moments là, on entend dire : « on nous a mis en alerte, mais il ne s’est rien passé ! »… et tant mieux ! Ou bien encore : « les écoles ferment leur porte, il faut aller chercher les petits… »

Pour éviter la confusion, voici quelques bons réflexes… en complément de ceux déjà diffusés hier sur notre site.

 

CONNAITRE LE NIVEAU DE VIGILANCE ET LES RISQUES ASSOCIES

Notre site diffuse sur sa page d’accueil, la carte de vigilance conçue par Météo France, seul organisme officiel à placer un département en alerte.

Cette carte :

se met à jour toutes les 5 minutes. Elle est d’ailleurs ici en temps réel.

Les niveaux de vigilance sont de 4 ordres (codes couleur) et impliquent des actions particulières :

Une vigilance absolue s’impose; des phénomènes dangereux d’intensité exceptionnelle sont prévus ; tenez-vous régulièrement au courant de l’évolution de la situation et respectez impérativement les consignes de sécurité émises par les pouvoirs publics.
Soyez très vigilant; des phénomènes dangereux sont prévus ; tenez-vous au courant de l’évolution de la situation et suivez les conseils  de sécurité émis par les pouvoirs publics.
Soyez attentifs; si vous pratiquez des activités sensibles au risque météorologique ou exposées aux crues; des phénomènes habituels dans la région mais occasionnellement et localement dangereux (ex. mistral, orage d’été, montée des eaux ) sont en effet prévus ; tenez-vous au courant de l’évolution de la situation.
Pas de vigilance particulière.

 

Dés que le niveau de vigilance devient Orange ou Rouge, nous diffusion immédiatement un message de prévention ou d’alerte.

 

PEUT-ON CIRCULER ? LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES SONT-ILS OUVERTS ? LES CARS SCOLAIRES CIRCULENT-ILS ?

La préfecture du Gard décide de maintenir ou non les transports scolaires. Pour ce 13 octobre 2016, certaines lignes de car sont suspendues : C31, C32, C33, C34, C35, C36, D40, D41, D42, D43, A12, SIRP 2, 3, 4, 6, 12,800, 801,802, 804, 805, 807, 808, 809,810, 811, 812, 813,832, 833, 836 et 837. Le site de EDGARD revient dessus et vous informe également en temps réel.

 

Souvenez-vous, un comportement adéquat permet une meilleure prévention !

Pluie inondation, les bons comportements !

Dans tous les cas, pour une meilleure information suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook et twitter !

 

 

Vigilance orange – Épisode méditerranéen.

Vigilance orange – Épisode méditerranéen.

Météo-France a placé le département du Gard en vigilance orange en raison d’un épisode méditerranéen prévu dès ce soir et pour environ 24 heures.

Prévisions : http://laradiometeo.org/2016/09/28/degradation-orageuse-attendue-ce-week-end-autour-de-la-mediterranee/

Consignes diffusées par @pompiersdugard : https://twitter.com/pompiersdugard/status/781863343187517440

Communiqué de la Préfecture du Gard : http://www.gard.gouv.fr/Actualites/Bulletin-de-vigilance-meteorologique-ORANGE-A-PARTIR-DU-VENDREDI-30-SEPTEMBRE-A-MINUIT

Telecharger l’application Qwidam sous iOS et Android pour être alerté à tout moment sur l’événement.

PROJET DE P.P.R.I. : AVIS DEFAVORABLE ET CONTESTATION DU CONSEIL MUNICIPAL

PROJET DE P.P.R.I. : AVIS DEFAVORABLE ET CONTESTATION DU CONSEIL MUNICIPAL

Pour mémoire, Monsieur le Préfet du Gard a prescrit, le 26 novembre 2013, l’élaboration d’un plan de prévention des risques d’inondation (PPRi) sur la commune de Jonquières Saint Vincent, intégré au périmètre de protection du bassin versant aval du Gardon.

La procédure d’élaboration a donné lieu à plusieurs réunions de travail et échanges avec la D.D.T.M. du Gard, puis à concertation publique, et enquête publique du au dernier.

L’occasion, pour le Conseil Municipal, d’exprimer fermement son opposition au projet présenté, et de faire valoir ses arguments avec le concours d’un bureau d’études spécialisé, MEDIAE de Lunel, chargé d’une analyse critique de l’étude hydraulique réalisée par l’Etat.

Le Conseil Municipal a préalablement souligné que l’élaboration du P.P.R.i. devait s’inscrire dans une réflexion plus globale sur l’aménagement et le développement durable de notre commune.

Plusieurs grands projets structurants vont en effet considérablement transformer l’environnement communal dans les années à venir :

  • La déviation de la RD 999 au Sud de la commune qui absorbera le trafic de transit et permettra de requalifier la RD 999 actuelle, rue de Nîmes, en boulevard urbain,
  • Le programme local de l’habitat (PLH) à l’échelle de la communauté de communes de Beaucaire Terre d’Argence,
  • La mise en place d’une OPAH de Renouvellement Urbain dans le quartier de Saint Vincent et la requalification de la cave coopérative, propriété de la société des Vignerons Créateurs qui regroupe ses activités sur la commune de Bellegarde
  • Le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier, ainsi que la gare nouvelle de Manduel, qui sera située à moins de 5 kilomètres du village dès 2020, et qui se situera au cœur d’un pôle urbain multimodal à un horizon plus lointain

Dans ce contexte, la commune souhaite engager prochainement la révision de son P.L.U. afin de définir un projet global d’aménagement durable à l’horizon 2025-2030 et organiser et maîtriser ainsi son développement urbain.

Parmi les principaux objectifs, conformes aux obligations nouvelles de la loi ALUR, figurent d’ores et déjà :

  • l’économie des emprises foncières, pour préserver les espaces agricoles et naturels
  • la mobilisation des « dents creuses », c’est-à-dire l’utilisation des capacités résiduelles de construction en zone déjà urbanisées,
  • le renouvellement urbain, tel qu’il soit de nature à offrir un nouveau parc de logements diversifiés en termes de produits, de typologies et de formes urbaines.
  • Et la continuité urbaine, pour une meilleure cohérence du territoire et pour éviter le « mitage » de l’urbanisation

Il est donc important, pour la commune, de s’assurer que le projet de P.P.R.i. soit compatible avec ces objectifs de développement urbain.

Nous avons donc repris l’étude des aléas hydrauliques présentée dans le projet de Monsieur le Préfet : la cartographie des aléas s’appuie à la fois sur une modélisation hydraulique pour caractériser l’aléa de référence (une crue centennale ou la crue de septembre 2002 pour le Gardon aval), et sur une analyse hydrogéomorphologique pour définir l’emprise d’une crue exceptionnelle.

Nous avons également examiné les propositions de zonages réglementaires, qui constituent autant de servitudes nouvelles qui s’imposeront au plan local d’urbanisme : au regard de nos objectifs d’aménagement du territoire, le zonage proposé par l’Etat réduit l’extension urbaine de la commune aux secteurs certes inscrits en zones IAU ou IIAU du PLU, mais qui ne correspondent plus forcément aux enjeux de demain. L’urbanisation de ces secteurs ne permettra pas en effet de respecter les objectifs (réglementaires) de densification urbaine, et ne créera pas la cohérence territoriale recherchée entre le cœur historique de Jonquières et le quartier de Saint Vincent.

Et nous nous sommes enfin permis quelques observations de portée plus générale sur l’évolution de la cartographie depuis 2013 (6 cartes d’aléas et de zonage différentes !), qui peuvent certes traduire le souci de concertation de l’Etat, mais qui peuvent tout autant refléter la fluctuation des modélisations et des hypothèses : elles ne « rassurent » donc pas totalement la commune sur la fiabilité et l’objectivité du projet de PPRi finalement soumis à son avis.

Finalement, le Conseil Municipal, en séance du 14 avril dernier, a unanimement décidé d’émettre un avis défavorable au projet de PPRi présenté par Monsieur le Préfet, et a demandé la prise en compte des modifications et précisions présentées par la commune, résumées ainsi :

  • Vérification des données hydrogéomorphologiques, au moins au niveau du zonage au Nord de la RD.999, éventuellement complétées par la définition des surfaces de ruissellement sur ces versants
  • Rédaction d’une note de synthèse technique explicitant les données hydrologiques et hydrauliques initiales du modèle, les écarts importants de débits estimés par rapport à l’étude BRLi, l’impact de la prise en compte du protocole d’intervention sur les vannes et martelières, et l’incidence sur les enveloppes de crue modélisées.
  • Confirmation du coefficient de rugosité moyenne sur certains tronçons du Grand Valat
  • Requalification en zone urbaine des terrains actuellement situés en zones U et AU du PLU mais impactés par un aléa d’inondation résiduel (6 secteurs à enjeux d’urbanisation)
  • Rédaction d’une note explicative expliquant l’évolution de la cartographie des aléas, décrivant les hypothèses prises en compte dans le modèle finalement présenté, notamment au niveau des conditions aval (action des pompes de la station d’exhaure de Comps) et amont (action des vannes et martelières).
  • Définition de l’emprise de crue d’une période de retour de 20 ans, afin de garantir la cohérence des projets d’aménagement avec la doctrine de la DDTM du Gard en matière d’ouvrages compensatoires.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des conclusions de Monsieur le Commissaire Enquêteur qui nous a semblé à l’écoute et sensible à nos arguments.