Consultation publique pour l’acquisition d’une épareuse

Consultation publique pour l’acquisition d’une épareuse

La commune procède à la consultation de prestataires spécialisés pour l’acquisition d’une épareuse (ou faucheuse débroussailleuse) neuve, à destination des services techniques municipaux, adaptée à un montage sur tracteur de marque RENAULT. Cet équipement est notamment utilisé pour les travaux de débroussaillage et faucardage.

Vous pouvez consulter l’avis d’appel public à concurrence : https://jonquieres-st-vincent.com/wp-content/uploads/2021/04/AAPC-Epareuse.pdf

Vous pouvez télécharger le chaire des charges de la consultation : https://jonquieres-st-vincent.com/wp-content/uploads/2021/04/CCAT-Epareuse.pdf

Le déficit pluviométrique se poursuit

Le déficit pluviométrique se poursuit

Le déficit pluviométrique connu depuis le début de l’année 2021 se poursuit en mars, avec un cumul de pluie de 52mm en janvier et février, inférieur de 94% à la normale saisonnière ! Et ce déficit de précipitation, qui perdure depuis plusieurs mois, a pour conséquence une recharge très limitée des nappes durant l’automne 2020 et l’hiver 2021.

Vous pouvez prendre connaissance du dernier bulletin de situation des nappes présenté par l’Établissement Public du Territoire de Bassin Vistre Vistrenque : https://sh1.sendinblue.com/v57x7ato5t7e.html?t=1617773726

Prépaiement des services périscolaires et fermeture des écoles

Prépaiement des services périscolaires et fermeture des écoles

Chers Parents,

Conformément aux nouvelles mesures prises pour lutter contre la propagation du virus covid-19, nos écoles sont fermées depuis hier mardi 6 avril, et rouvriront leurs portes le lundi 26 avril prochain.

Pour les services périscolaires prépayés (cantine et garderies), les familles verront leur « panier » crédité du montant des prestations réservées et payées pour la période du 6 au 16 avril 2021.

ATTENTION EN REVANCHE ! Pour les familles qui ne l’ont pas déjà fait, les pré-réservations / pré-paiements pour la semaine du 26 au 30 avril 2021 devront être effectués au plus tard le JEUDI 22 AVRIL AVANT 11H00 (délai habituel).

Des nuages planent sur le projet de déviation de la RD.999

Des nuages planent sur le projet de déviation de la RD.999

Il y a plus de 50 ans aujourd’hui que le réaménagement progressif de l’ancienne route nationale 99, désormais RD.999, reliant Montauban dans le Tarn-et-Garonne à Plan d’Orgon dans les Bouches du Rhône, a « oublié » l’extrémité orientale du tronçon gardois, entre Manduel et Beaucaire.

Et depuis 50 ans les municipalités successives de Jonquières Saint Vincent se sont acharnées à demander la déviation d’une voie classée à grande circulation (15.000 véhicules/jour), autorisant le passage des convois exceptionnels (10 par jour en moyenne annuelle !), qui vient traverser et scinder l’agglomération jonquiéroise.

En 2005, première avancée avec une déclaration d’utilité publique du projet. Mais prorogée en 2010 car suivie d’aucun effet concret…

En 2015, nouvelle avancée significative avec l’acquisition des terrains d’assiette du projet par le Conseil Départemental. Puis plus rien.

En septembre 2019, le Département hasarde enfin une date : les travaux, phasés en trois tronçons (Redessan, Jonquières Saint Vincent et Magna Porta), débuteront « entre 2020 et 2022 ». Force est de constater aujourd’hui que l’on sera plus près de 2022 que de 2020 !

Pressés de communiquer un calendrier un peu plus précis de l’opération, les services du Département, et plus précisément la Direction Générale Adjointe Mobilité et Logistique, ont rencontré Jean-Marie FOURNIER, maire de Jonquières Saint Vincent, et ses adjoints Thierry PESENTI (urbanisme et environnement) et Eric ORTIZ (travaux et sécurité), le 22 mars dernier. Monsieur le Maire a pu exprimer l’impatience de la population, outre le souhait d’une communication plus directe et plus étroite avec sa municipalité.

Las, dès l’élaboration de l’étude d’impact environnemental initiée par le Département, des nuages noirs planent déjà sur le projet et son calendrier : il semblerait en effet que les services de l’Etat remettent en cause une partie du tracé retenu en 2005 dont on aurait découvert, depuis, la grande sensibilité écologique… Et le Département de chercher une solution alternative au tracé initial, pour le tronçon concerné.

Quant à l’exigence immédiate de la commune, qui porte sur le dévoiement du trafic de convois exceptionnels (des bateaux, des rames de métro, des chalets en bois, d’un poids souvent supérieur à 100 tonnes et d’un gabarit hors norme), les services du Département ont annoncé le lancement d’une étude de portance des ouvrages d’art affectés par une déviation vers les RD.135 (le chemin des canaux), RD.6113 (la route d’Arles), et RD.15 (de Bellegarde à Beaucaire). Résultat et rendez-vous dans six mois dans la perspective d’un arrêté municipal limitant, voire interdisant, la traversée d’agglomération jonquiéroise pour les convois exceptionnels…

smart