De nouveaux romans au secteur ADULTES

De nouveaux romans au secteur ADULTES

Le roman de Molly N. de Sophie Tarquain

Pour ses amis et sa famille, Molly N. a disparu en septembre 2010. Plus aucun signe d’elle. Menacée de mort par une fatwa suite à un concours de caricatures du prophète Mahomet, la cartoonist de Seattle a dû intégrer le programme de protection de témoins du FBI, changer de ville, de nom, d’identité. Comment renaître à l’autre bout du monde ? Comment vivre sous haute protection ? Cela fera bientôt dix ans qu’elle a disparu. Fascinée par cette histoire, dont elle entend parler le 7 janvier 2015, jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, Sophie Carquain décide d’en faire un roman : « Il m’a fallu affronter une situation inédite : écrire le destin d’une femme qui vit encore mais n’existe plus sous son vrai nom. Ce livre est aussi le récit d’une enquête qui m’a menée plus loin que prévu – vers un secret familial. »

C’est arrivé la nuit de Marc Levy

Ils sont hors-la-loi
Mais ils œuvrent pour le bien
Ils sont amis et partagent leurs secrets
Pourtant ils ne se sont jamais rencontrés
Jusqu’au jour où…

C’est arrivé la nuit
Le premier tome de la série 9.

Ce que tu as fait de moi de Karine Giebel

Personne n’est assez fort pour la vivre.
Personne n’est préparé à l’affronter, même si chacun la désire plus que tout.
La passion, la vraie…
Extrême.
Sans limites.
Sans règles.

On se croit solide et fort, on se croit à l’abri. On suit un chemin jalonné de repères, pavé de souvenirs et de projets. On aperçoit bien le ravin sans fond qui borde notre route, mais on pourrait jurer que jamais on n’y tombera. Pourtant, il suffit d’un seul faux pas. Et c’est l’interminable chute.
Aujourd’hui encore, je suis incapable d’expliquer ce qui est arrivé. Si seulement j’avais plongé seul…
Cette nuit, c’est le patron des Stups, le commandant Richard Ménainville, qui doit confesser son addiction et répondre de ses actes dans une salle d’interrogatoire. Que s’est-il réellement passé entre lui et son lieutenant Laëtitia Graminsky ? Comment un coup de foudre a-t-il pu déclencher une telle tragédie ?

Coup de grâce de Danielle Steel

Que faire quand on a tout perdu ? Renoncer ou tout recommencer ?

Sydney Wells menait une vie idyllique jusqu’à la mort tragique de son mari dans un accident de la route. Absente du testament, elle est chassée de la propriété familiale par ses belles-filles, uniques héritières de la considérable fortune de son défunt époux. Alors qu’on lui offre l’opportunité de retourner à sa première passion, la mode, en tant que styliste, Sydney saisit sa chance. Naïve et manquant d’expérience, refusant d’écouter les mises en garde de ses propres filles, elle se laisse cependant vite piéger dans cet univers impitoyable…
Humiliée et ruinée, la jeune veuve n’a plus d’autre choix que de repartir de zéro. Mais où trouver la force nécessaire pour cela ? Entre New York et Hong Kong, avec dignité et courage, Sydney s’efforce pourtant coûte que coûte de se réinventer. À la clé, un avenir plein de promesses en terre inconnue, dont elle pourra être fière…

Fermer les yeux d’Antoine Renand

Un enquêteur à la retraite, hanté par une erreur qu’il estime avoir commise quinze ans plus tôt.
Un jeune auteur, considéré comme le plus grand spécialiste français des tueurs en série.
Une brillante avocate, dévouée à la défense d’un homme victime, selon elle, d’une effroyable injustice.
Ensemble, ils devront débusquer le plus insaisissable des prédateurs.

L’intimité d’Alice Ferney

Alexandre et Ada forment un couple heureux et s’apprêtent à accueillir un enfant. À l’heure de partir à la maternité, Ada confie son premier-né à leur voisine Sandra, une célibataire qui a décidé de longue date qu’elle ne serait pas mère. Après cette soirée décisive, la libraire féministe garde un attachement indéfectible au jeune garçon et à sa famille. Quelques années plus tard, sur un site de rencontres, Alexandre fait la connaissance d’Alba, enseignante qui l’impressionne par sa beauté lisse et sa volonté de fer…

La commode aux tiroirs de couleurs d’Olivia Ruiz

 » Enfin, après tant d’années de patience domptée, j’allais savoir pourquoi elle s’emballait tant pour cacher le secret que renfermaient ces neufs tiroirs. Ma grand-mère les nommait ses renferme-mémoire.  » A la mort de sa grand-mère chérie, une jeune femme reçoit en héritage une intrigante commode, objet de tous les fantasmes de ses petits-enfants. Le temps d’une nuit, la narratrice va ouvrir ces neuf tiroirs de couleur, et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant ces nombreux secrets qui ont scellé le destin de plusieurs générations de femmes, entre France et Espagne.

Le dernier message de Nicolas Beuglet

Voulez-vous vraiment connaître la vérité ?
Le dernier message pourrait vous plonger dans des abysses d’angoisse et de folie…
Île d’Iona, à l’ouest de l’Ecosse. des plaines d’herbes brunes parsemées de roches noires. Et au bout du  » Chemin des morts « , la silhouette grise du monastère.
Derrière ces murs suppliciés par le vent, un pensionnaire vient d’être retrouvé assassiné. Son corps mutilé de la plus étrange des façons. C’est l’inspectrice écossaise Grace Campbell qui est chargée de l’enquête. Après un an de mise à l’écart, elle joue sa carrière, elle le sait.
Sous une pluie battante, Grace pousse la lourde porte du monastère. Elle affronte les regards fuyants des cinq moines présents. De la victime, ils ne connaissent que le nom, Anton. Tous savent, en revanche, qu’il possédait un cabinet de travail secret aménagé dans les murs. Un cabinet constellé de formules savantes…

Que cherchait Anton ? Pourquoi l’avoir éliminé avec une telle sauvagerie ? Alors qu’elle tente encore de retrouver confiance en elle, Grace ignore que la résolution d’une des énigmes les plus vertigineuses de l’humanité repose tout entière sur ses épaules…

Le journal de ma disparition de Camilla Grebe

Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.
Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.
Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…
Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

Les aérostats d’Amélie Nothomb

« La jeunesse est un talent, il faut des années pour l’acquérir. »
Dans ce nouveau livre, la romancière se raconte à travers le personnage d’une étudiante bruxelloise. Les aérostats sont des aéronefs dont la sustentation est due à un gaz plus léger que l’air. Elle nous emmène pour la première fois dans son pays natal. Ange, 19 ans « mène une vie assez banale » et étudie la philologie. Après avoir répondu à une petite annonce, elle donne des cours de littérature à Pie, un lycéen de 16 ans dyslexique. La romancière souhaitait avec cette rencontre explorer comment deux « très jeunes gens, qui sont chacun à leur manière, très emprisonnés » peuvent s’aider à avancer. « Ange c’est moi à 19 ans » avoue Amélie Nothomb, qui confie avoir également été, au même âge, « terriblement sérieuse » comme son héroïne. « Elle a beaucoup de points communs avec moi » insiste-t-elle, en pointant notamment les études et les difficultés de la jeune femme à rencontrer des amis.

Les cicatrices de Claire Favan

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion.
En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux. Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. Un type docile. Enfin, presque. Car, si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu’elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle.
Mais, alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter.

Les enfants de Val Fleuri de Christian Laborie

1930. Fils d’un fabricant cévenol de céramiques, Damien partage, au domaine familial du Val Fleuri, ses jeux d’enfant avec Marion, la fille du régisseur. L’amitié des jeunes années se transforme en amour passionné. Damien se destine à la fabrique mais son père, Philippe, ne veut ni de ce mariage ni de ce successeur. Avant de mourir lors des combats de 1940, Damien demande à Philippe d’élever l’enfant à naître de Marion… bien qu’il ne soit pas le sien ! Lorsque Philippe devient sur le tard père d’une Juline, il décide, la mort dans l’âme, de faire de son « petit-fils » Tristan son héritier. A leur tour, Tristan et Juline deviennent compagnons de jeux…

Les fleurs de l’ombre de Tatiana de Rosnay

« Bienvenue chez CASA chère Clarissa… »

Une résidence pour artistes flambant neuve. Un appartement ultramoderne, au 8e étage, avec vue sur tout Paris. Un rêve pour une romancière en quête de tranquillité. Rêve, ou cauchemar ? Depuis qu’elle a emménagé, Clarissa Katsef éprouve un malaise diffus, le sentiment d’être observée. Et le doute s’immisce. Qui se cache derrière CASA ? Clarissa a-t-elle raison de se méfier ou cède-t-elle à la paranoïa, victime d’une imagination trop fertile ?

Fidèle à ses thèmes de prédilection – l’empreinte des lieux, le poids des secrets –, Tatiana de Rosnay tisse une intrigue au suspense diabolique pour explorer les menaces qui pèsent sur ce bien si précieux, notre intimité.

Pour un instant d’éternité de Gilles Legardinier

Vincent sait mieux que personne ce qu’est un secret. Spécialiste des passages dérobés, c’est à lui que les riches et les puissants font discrètement appel pour dissimuler leurs trésors ou s’aménager des issues indétectables.
Alors que Paris célèbre l’Exposition universelle et sa phénoménale tour Eiffel, Vincent et son équipe deviennent soudain la cible de tentatives d’assassinat. La mort rôde désormais autour d’eux.
Un de leurs clients cherche-t-il à effacer ce qu’ils savent de lui ? Sont-ils traqués par des pouvoirs occultes ? Quelle est cette ombre qui peut les frapper n’importe où, n’importe quand ?
Dans une époque bouleversée, confronté à des mystères surgis d’un autre temps, Vincent va tout faire pour déjouer la menace et sauver les siens. Ce qu’il s’apprête à découvrir va faire voler en éclats tout ce qu’il croyait savoir du monde…

Buveurs de vent de Franck Bouysse

Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et sœur, soudés par un indéfectible lien. Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette. Mathieu, qui entend penser les arbres.
Mabel, à la beauté sauvage. Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs. Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid…

Reprise des visites des écoles à la Médiathèque

Reprise des visites des écoles à la Médiathèque

Les visites des écoles à la Médiathèque ont repris ce jeudi avec la venue d’une classe de l’école Font Couverte. Ces rencontres avaient été brutalement interrompues lors du confinement en Mars dernier. Les contraintes du protocole sanitaire en ont quelque peu modifié les modalités : port du masque pour les adultes, effectif restreint, mise en quarantaine des livres manipulés…Le thème choisi par les enseignants était l’Asie et c’est la classe d’Ariane et ses élèves de CE1 qui était concernés cette semaine. Au programme : un atelier créatif avec la réalisation de lanternes en papier et un atelier lecture avec l’histoire en Kamishibaï d’un conte vietnamien.

Réalisation d’une lanterne
Lecture en libre accès

Les enfants sont retournés à l’école en exhibant fièrement leur création à bout de bras…

Le CCAS soutien l’UNAPEI et l’opération Brioches

Le CCAS soutien l’UNAPEI et l’opération Brioches

Principal mouvement associatif français, l’Unapei regroupe 550 associations*, animées par des bénévoles, des parents et des amis de personnes handicapées. Depuis 60 ans, ils innovent sur tous les territoires et agissent avec et pour les personnes en situation de handicap. Du 12 au 18 Octobre, l’UNAPEI organise une collecte de dons au profit des personnes en situation de handicap intellectuel, psychique, d’autisme et de polyhandicap. Ainsi, l’achat de brioches confectionnées par un artisan boulanger gardois à partir de produits frais et de farines 100% biologiques, contribuera à financer deux projets : L’acquisition de guidons HCP (qui permettent d’associer une bicyclette à un fauteuil roulant et donnent l’opportunité aux personnes à mobilité réduite de faire des balades à vélo en compagnie de personnes valides) et l’aménagement de l’Auditorium du nouvel ESAT Véronique (qui doit être équipé et aménagé pour des séminaires et colloques).

Le prix des brioches de 350 grs (pur beurre) est de 5 euros pièce. Le CCAS se propose de grouper les commandes et les règlements en Mairie avant le vendredi 9 octobre inclus et d’organiser la restitution des commandes en Mairie également, le Mercredi 14 Octobre à partir de 15h. Pour les personnes qui le souhaitent il y a possibilité de commander directement.

Télécharger le bon de commande ici https://unapei30.fr/wp-content/uploads/2020/09/OPB20-Bon-de-commande.pdf


  •  


Le CCAS récompense les jeunes diplômés de l’année 2020

Le CCAS récompense les jeunes diplômés de l’année 2020

Compte tenu de la délicate période que nous traversons, la cérémonie pour les jeunes diplômés en 2020 telle qu’elle était organisée les autres années ne pourra avoir lieu.

Cependant, la Présidente et les membres du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) ont tenu malgré tout à féliciter et à récompenser les lauréats. C’est pourquoi, ils seront accueillis les 20 et 21 Octobre de 14h à 17h en Mairie pour la remise d’un bon d’achat. Il suffit pour cela qu’ils se présentent munis d’une pièce d’identité et du courrier d ‘invitation.

ATTENTION ! Vous avez jusqu’au Vendredi 2 Octobre inclus pour vous inscrire…

Règlementation sanitaire des salles et des équipements communaux

Règlementation sanitaire des salles et des équipements communaux

A l’issue de la période de confinement, les salles communales avaient été rouvertes au public le 29 juin dernier, même si elles ont évidemment été très peu utilisées cet été.

L’évolution actuelle de la situation sanitaire, et notamment l’accélération de la circulation du virus covid-19 dans plusieurs départements français, dont le Gard, ont conduit le Gouvernement au plan national, et le Préfet au plan départemental, à renforcer les mesures d’hygiène et de lutte contre la propagation du virus.

Dès lors, afin de permettre aux associations jonquiéroises de reprendre leurs activités en cette rentrée de septembre, nos salles et nos équipements communaux ont dû faire l’objet d’une réglementation sanitaire spécifique, par arrêté municipal (n°279-2020 du 3 septembre 2020).

Article 1 :

Les mesures d’hygiène et la distanciation physique d’un mètre au moins entre deux personnes, doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance.

Les mesures d’hygiène consistent à :

  • Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou par une friction hydro alcoolique
  • Se couvrir systématiquement le nez et la bouche en toussant ou éternuant dans son coude
  • Se moucher dans un mouchoir à usage unique à éliminer immédiatement dans une poubelle
  • Eviter de se toucher le visage, en particulier le nez, la bouche et les yeux

Par exception, la règle de distanciation physique ne s’applique pas aux personnes appartenant à un même foyer, dans la limite de 10 personnes.

Article 2 :

Le port du masque est obligatoire pour les personnes de 11 ans et plus, dans toutes les salles communales et dans tous les espaces extérieurs ouverts au public et rassemblant plus de 10 personnes, dont les stades, aires de sports et aires de jeux.

Par exception, le port du masque n’est pas obligatoire pour la pratique des activités sportives, même dans les lieux clos et couverts.

Article 3 :

Les rassemblements, réunions ou activités de plus de 10 personnes, organisés sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public, doivent faire l’objet d’une déclaration préalable en Préfecture.

Par exception, cette déclaration n’est pas obligatoire dans l’enceinte des salles communales, du stade Marcel Pierre, des courts de tennis et des arènes municipales.

Article 4 :

Dans l’enceinte des salles communales, des arènes municipales, du club-house de tennis, du Stade Marcel Pierre, et des édifices religieux, outre l’application des mesures énoncées aux articles 1 et 2 :

  • Les occupants et le public accueilli doivent obligatoirement être assis
  • Un siège doit être laissé vacant entre deux sièges occupés
  • Les regroupements de personnes ne doivent pas être facilités, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments (par exemple pour dédier un espace réservé aux fumeurs)
  • L’accès aux vestiaires du stade Marcel Pierre, du dojo et du club house de tennis n’est pas autorisé

Par exception, les pratiquants d’une activité sportive et le personnel nécessaire à l’organisation des activités ne sont pas soumis aux dispositions relatives à l’occupation assise.

Article 5 :

Les repas dansants, les apéritifs servis debout, et d’une façon générale toutes les activités, rassemblements et réunions qui ne permettent pas de respecter les dispositions de l’article 4, ne sont pas autorisés.

Par exception, l’ouverture d’une buvette accessoirement à une activité, réunion ou rassemblement, peut être autorisée à condition de ne pas générer de regroupements contraires à l’article 4.

Article 6 :

Les associations sportives sont tenues de respecter les protocoles sanitaires mis en œuvre par leurs fédérations d’affiliation, le cas échant.

Article 7 :

A l’issue de la période de mise à disposition, chaque occupant ou utilisateur d’une salle ou d’un équipement communal clos est tenu de procéder à la désinfection de toutes les surfaces mobilières utilisées, dont les sanitaires, ainsi que des poignées de porte et des interrupteurs.

Article 8 :

La location du centre socioculturel est autorisée aux seules associations jonquiéroises.

La location aux particuliers est suspendue.

Article 9 :

Le prêt de matériel communal aux particuliers est suspendu, à l’exception des barrières de ville.

Le respect de ces consignes est indispensable pour permettre aux activités de se dérouler dans les meilleures conditions de sécurité sanitaire.

Plan de prévention du risque  canicule : le registre communal des personnes vulnérables

Plan de prévention du risque canicule : le registre communal des personnes vulnérables

La loi du 30 Juin 2004 relative à la solidarité pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées concerne entre autre la prévention des risques exceptionnels pour ces personnes. Il s’agit notamment d’identifier les plus vulnérables et d’instaurer un dispositif d’alerte et de veille à leur attention. Le Plan Départemental de Gestion de la Canicule, élaboré par Monsieur le Préfet du Gard, s’inscrit dans cette démarche de prévention. Un registre nominatif de recensement des personnes âgées de plus de 65 ans et des personnes reconnues handicapées est tenu, dans une stricte confidentialité, à la Mairie, et ne peut être remis qu’au Préfet à sa demande. L’inscription au registre est basée sur le volontariat. Il permet d’organiser toute mesure de visite, d’aide et de secours auprès des personnes isolées. Les personnes inscrites pourront, si elles le souhaitent, bénéficier des visites de bénévoles du dispositif Mona Lisa.

Mesures de prévention pour éviter une déshydratation, l’aggravation d’une maladie chronique ou un coup de chaleur

Les méfaits de la canicule peuvent se traduire par des crampes musculaires, un épuisement, des étourdissements, une faiblesse, une insomnie inhabituelle, une agressivité soudaine, une peau chaude rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, des somnolences, une soif intense, une confusion, des convulsions, une perte de connaissance… autant de symptômes qui doivent alerter. En cas de doute et si la chaleur incommode, il ne faut pas hésiter à se faire aider : un pharmacien, un médecin, un parent, un ami, un voisin…

Toute personne qui souhaiterait être inscrite au Registre Communal des Personnes Vulnérables, doit prendre contact avec le CCAS à l’accueil de la Mairie du Lundi au Vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h.